naar top
Menu
Logo Print

Gros investissements remis à l'ordre du jour pour les ports flamands

Une deuxième écluse à Zeebrugge et une capacité revue à la hausse pour Anvers
magazine

Le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts est parvenu à sortir du marasme deux dossiers portuaires de longue haleine. Il existe à présent un projet d'une deuxième écluse maritime dans le port de Zeebrugge et un projet d'augmentation de la capacité de conteneurs dans le port d'Anvers. Actuellement, il n'y a qu'un seul accès au port intérieur de Zeebrugge : par l'écluse Vandamme. Cela rend Zeebrugge très vulnérable. Les autorités prévoient donc à présent de construire une toute nouvelle écluse à l'emplacement de l'ancienne écluse de Visart. D'une longueur de 427 mètres, d'une largeur de 55 mètres et d'une profondeur de 18,5 mètres, la nouvelle écluse sera suffisamment grande pour permettre à la prochaine génération de 'Car carriers' d'entrer dans le port. Le plan prévoit également un tout nouvel accès Nx qui permettra à tout le trafic de transit de traverser un tunnel sous la nouvelle écluse. En outre, il y a également un arrêté soutenant la création d'une capacité de conteneurs supplémentaire pour le port d'Anvers. Il est question d'un nouveau Saeftinghedok depuis 20 ans déjà afin de faire face à la croissance du trafic de conteneurs, mais ces plans ont rencontré de nombreux obstacles. En juillet 2016, le ministre Weyts a donné un nouvel élan au projet d'augmentation des capacités portuaires avec la procédure spéciale comprise dans le décret 'projets complexes'. Cette procédure a donné lieu à huit alternatives possibles. En février 2018, Ben Weyts a rassemblé les meilleurs éléments de ces huit scénarios dans une neuvième alternative. Cette alternative apparaît aujourd'hui comme le meilleur moyen de créer une capacité supplémentaire de conteneurs avec un impact minimal sur l'environnement. L'accès de l'arrière-pays aux conteneurs supplémentaires doit se faire principalement par rail et par voie navigable. Ceci est tout à fait possible dans la mesure où la neuvième alternative repose sur une concentration des flux de marchandises sur un seul et même site. Grâce à cette concentration, le transport de conteneurs peut être principalement organisé par le biais des voies de navigation intérieure et par train.